Sélectionner une page

Adresses

Des noms de quartiers, au Sud – 2/4

20 mai 2019, par Leo

Après nous être intéressés aux noms des quartiers du centre-ville de Strasbourg (Des noms de quartier, centre ville), je vous emmène faire un tour guidé vers la zone méridionale de notre chère métropole. Et quels sont les quartiers qui s’étendent vers le sud ?
En passant l’Ill on arrive d’abord à la Krutenau, légèrement à l’est. Puis le Neudorf nous accueille, avant que nous ne plongions via la Meinau et la Musau jusqu’au Neuhof au bout sud de la ville.

Carte postale - Neudorf

La Krutenau

Le quartier que Strasbourg s’est adjoint le plus tôt vers le sud est la Krutenau. Et son nom explicite ses occupants : la « Krutenau », c’est à dire le pré des choux. Pendant longtemps Strasbourg était entourée d’une nécessaire tripotée de jardins qui approvisionnaient les citadins. Et ces maraîchers, si proches de la ville en expansion, se sont retrouvés inclus dans les murs de celle-ci à partir du XVe siècle.

Enceinte Krutenau

En témoigne encore ce reste de mur du XIIIe séparant les abords immédiats de la ville, perdu entre une large église Sainte Madeleine et la rue des Orphelins, discrète ruelle si proche de la place de Zurich. Morceau que vous aurez l’occasion d’entendre raconté de plus près dans certaines de nos visites guidées !

 

Le Neudorf

En continuant dans ce sens, on traverse la tranchée du nouveau plan urbain des Deux-Rives, s’étendant du Heyritz au Rhin, pour arriver au « Neudorf ». Le nouveau village (Neu : nouveau, Dorf : village) est effectivement un des faubourgs qui s’est développé le plus tardivement. Lorsque les autres directions de l’expansion intègrent de vieilles agglomérations (Koenigshoffen, Cronenbourg etc.), le sud direct reste longtemps une terre parsemée de maraîchers. Ce n’est qu’avec l’explosion démographique extraordinaire de Strasbourg durant le second Reich qu’il devient ce nouveau village, quartier le plus peuplé de Strasbourg.

 

Meinau – Charles Schulmeister – espion de napoleon

La Mainau

Puis vient la « Meinau », avec son stade que connaissent tous les supporters du Racing Club de Strasbourg. Son nom nous vient pour une fois d’une seule personne : Charles Schulmeister, espion de Napoléon 1er. Il acquiert ces prairies longtemps utilisées par les bouchers de la ville qui y laissaient paître la future viande encore sur pattes. D’ailleurs l’ancien nom de ces prés était la Metzgerau, le pré des bouchers. Et lorsque Charles en fait l’acquisition il décide de baptiser son sol Meine Aue, mes prairies.

 

La Musau

Plus à l’est, la « Musau », petit goupement de rues en bordure, est elle aussi un jeune quartier. Longtemps, jusqu’au XIXe, le quartier est presque entièrement inondé encore. Les canalisations modernes des cours d’eau en ont dégagé les terres, même si le nom lui-même nous vient d’un temps plus ancien, où l’on s’arrêtait dans son embarcation pour payer le péage pour traverser le Rhin : Musau viendrait de Mautau, le pré du péage, du nom du Mautturm, la tour aux péages du XVIIe.

 

Le Neuhof

Le Neuhof

Aux confins de la limite sud de Strasbourg se déploie le « Neuhof ». Intégré à partir du XIXe comme quartier au sein de Strasbourg, il doit son nom à une seule ferme perdue dans une épaisse forêt au XVe siècle. Car Neuhof signifie nouvelle ferme (Neu : nouveau, Hof : cour ou ferme par extension). Et c’est aujourd’hui le quartier le plus étendu de Strasbourg en terme de surface, pour une population plus nombreuse encore que celle du centre-ville.

 

Si vous êtes devenu curieux de tous ces noms qui se racontent, c’est que vous êtes maintenant mûrs pour une petite visite guidée animée par un membre de Happy Strasbourg, prêt à vous plonger encore plus profondément dans les arcanes des noms, et à répondre à toutes les questions qui ont pu naître en lisant ces phrases !