Sélectionner une page

Histoire

Les noms des rues de Strasbourg: du Castrum à la Renaissance – 2/3

30 décembre 2018, par Gustave 

Nous l’avons évoqué dans notre article précédent, les noms de rues de Strasbourg ont des origines très diverses. En étudiant un à un ces noms, nous retrouvons un échantillon de chaque bouleversement historique qu’a pu connaître la ville.

Argentoratum, et les plus vieilles rues de Strasbourg

Le quartier historique de Strasbourg (la Grande-Ile) compte plus de 2000 ans d’Histoire, et certaines rues sont encore là pour en témoigner !

Tracé du Castrum romain

La Grand’rue en est le meilleur exemple : il s’agit à l’origine de la Strata Superior, du temps du Castrum romain Argentoratum. Son tracé actuel correspond au commencement de la route reliant le camp fortifié romain à Paris! La Grand’rue est d’ailleurs prolongée à l’ouest (Koenigshoffen) par la route des Romains, tandis que vers l’est, nous rentrons dans l’enceinte de la cité romaine et rejoignons la rue des Hallebardes, à l’origine Via pretoria ou Decumanus, l’axe Est-Ouest majeur. Rejoignez l’un de nos Free Tours sur la Petite France et vous en saurez plus !

La rue du Dôme fait bien sûr référence à la Cathédrale, « doma » étant à l’origine le « toit de la maison », puis par extension le « toit de la maison de Dieu ». Or, similaire à la Grand’rue, cette voie est du temps d’Argentoratum la via principalis ou Cardo, axe principal Nord-Sud. Les noms qui succèdent feront tous références à la proximité de la Cathédrale : elle devient Münstergasse (Rue de la Cathédrale) dès 1237, puis rue de la Grande Eglise, rue des Prêtres, rue du Dôme,…  Une exception tout à fait intéressante est à relever : pendant la Révolution Française, elle sera baptisée Rue de la Philosophie (la Cathédrale elle-même étant le « Temple de la Raison »).

Emplacements des corporations

Mémoire du Moyen-âge

Le moyen-âge laisse ses traces lui aussi, notamment celles des corporations, qui dirigent la ville libre d’Empire entre 1334 et 1681. Chacune de ces organisations disposaient d’un poêle, « quartier général » de la corporation, où se tenaient les réunions et où se prenaient les décisions. De nombreuses corporations laisseront leurs noms à des rues, soit par la présence de leur poêle, soit par les nombreux ateliers de leurs membres y étant installés : la rue des Charpentiers, de la corporation éponyme, la rue des Echasses (Orfèvres), la rue des Tonneliers, l’impasse de l’Ancre et le Quai des bateliers, celui des pêcheurs… les exemples sont légion, et se retrouvent aussi bien dans l’ellipse insulaire que dans la Krutenau.